Un Bombom à l’eau de mer

A : Présentation du “Rêve des Tropiques”

Plus tout jeunes, nous sommes partis des Antilles pour nous installer en metropole, et lui, notre fidèle voilier est resté là-bas.

Il est donc sur un chantier naval, en attente d’un nouvel equipage.

Caracteristiques :

Construction amateur sur plans Finot -1980

Plan avec roof en casquette.

Longueur : 13,30 m (43′ 64″)

Largeur : 4,25 m

Tirant d’eau : 1,80 m

Hauteur sous barrot : 1,95 m

Grééement : Slotre

Vide d’aménagement suite au traitement sablage + peinture (interieur exterieur pont et œuvres mortes).

Bateau immatriculé à St-Barthelemy.

Stationné sur chantier naval à St Martin Antilles Françaises

 


1 – Un peu d’histoire

Acheté en 1985, et depart voyage en famille. Portugal, Madère, Canaries, Cap vert, Senegal, Venezuela, Antilles.

On a decouvert Bombom en Bretagne. Et ce fût immédiatement un “coup de foudre” !

Il avait toutes les qualités qu’on attendait d’un voilier familial de voyage.


2 – le voyage

Le départ de Bretagne en hiver.

Le golfe de Gascogne…

 

Les longues traversées.

 

Madère, Canaries, Dakar…

 

Venezuela

 

Et après pas mal d’années de ballade, je regarde mon voilier, au mouillage aux Testigos, et je sais que nous montons vers le nord des Antilles, pour une escale qui va se prolonger principalement à St-Barth.


B – TRAVAUX

Chantier 2008 / 2012  : Réparations, sablage et peinture.

Après des années de ballade, le voilier est en bon etat, mais installés à terre à St-Barthelemy, nous voulons profiter de cette (longue) escale pour entreprendre un chantier de rénovation. Les enfants ne sont plus à bord, et il est temps de modifier les amenagements, et de refaire un traitement complet afin d’être tranquilles pour une nouvelle longue periode.

Il n’y avait nulle part de corrosion importante, mais plutôt que de faire du rebouchage et des reparations multiples, nous avons carrement remplacé des surfaces qui étaient corrodées.

Il a été refait (reparations + sablage) il y a maintenant quelques années. Sachant que je ne pourrais pas faire la peinture definitive (polyurethane) cette année là,  j’avais pris soin de mettre des couches de peinture de couleur differentes pour surveiller l’usure de la peinture epoxy (qui se dégrade avec le soleil).

Mais… une evolution professionnelle a entrainé le report des travaux. Et je n’ai pas réussi à les terminer.


1 – Reparation du pont.

Les reparations sont en galva.

Des capots pour l’aeration

Nombreuses pièces en inox réalisées sur le pont : davier étrave, toutes les cadènes sont inox (elles traversent le pont et soudées boulonnées sur les couples à l’interieur).

Davier inox

Le grand cockpit, en sandwich contreplaqué epoxy, sur armature acier.

Le guindeau electrique a été reculé, et les grands taquets aussi. Baille à mouillage à l’interieur.


2 – sablage

Sablage, traitement + peinture aprêt epoxy

Etant donné l’humidité de l’air sous les tropiques, traitement à l’acide phosphorique après sablage.

Traitement répété 2 fois, suivi de quatre sous couches epoxy + trois couches de peinture epoxy d’une autre couleur pour controler l’usure. Ce traitement a preservé le bateau.

Il faut construire une tente pour ne pas envoyer du sable sur les bateaux voisins.


3 – Interieur

Sous le cockpit, le moteur  (MWM 55cv)avec le groupe electrogène inboard (Faryman 27cv+4000w en 110v), et en prolongement le reservoir (450l)

Intérieur sablé et repeint soigneusement au minium de plomb (on en trouvait encore à St-Martin). La partie centrale est peinte en noire, et me pose problème, il y a des endroits avec pas mal de corrosion, et je decide de remplacer les tôles du fond pour être tranquille..


4 – Exterieur

Premieres couches (4 couches) de “Molupon” un apprêt epoxy.

Trois couches d’un autre apprêt epoxy d’une autre couleur pour surveiller l’usure et la degradation de l’epoxy, car les couches finales prévues en polyuréthane ne seront faites qu’après l’installation des supports d’accastillage (rails de foc, etc…)


5 – Remplacement des tôles du fond

A : decoupe

Remplacement des lisses.

b : Oh Hisse

Tôles de 6mm, c’est lourd. Des ferures sont soudées sur les plaques pour les hisser.

c : mise en place

L’acier est préparé, peinture meulée, et le contour chanfreiné.

d : pointage

d : bridage

A l’aide de palans, les tôles sont plaquées aux lisses.

e : pointage definitif

f : soudure interieure

g : soudure exterieure

Il faut passer la disqueuse pour aller entamer le cordon de soudure de l’interieur, et réaliser un chafrein qui facilitera la soudure exterieure.

 

 


C – Bombom aujourd’hui

1 – Bombom sur son chantier

Mais bon, les cyclones passent et il se maintient.


Comme on le voit, l’apprêt gris époxy a été pratiquement éliminée (10 années quand même). La sous couche (Molupon) apparait principalement sur le pont, mais a été préservée

 


D :TRAVAUX À PRÉVOIR :

– Descente à refaire (capot et porte).

– Cockpit à réparer ou a refaire en acier.

– Installation de la barre à roue (Goïot complete)

– Installation de l’accastillage de pont.

– Reparation corrosion sur le bas du safran.

– Peinture exterieur et interieur.

– Amenagement

– Installation des commandes moteur (electricité, echapement…)

 

Je propose mon assistance (par correspondance) pour les travaux.


E : INVENTAIRE

 

– Gindeau electrique

– Rails de foc Goït neufs, avec chariots neufs (comme tout le reste surdimentionné)

– Rail de grand voile arrondi (avec chariot) pour monter sur le cockpit.

– Barre à roue complete Goïot (grand modele).

– Winchs… Quatre pour les ecoutes (dont deux winchs Parat entièrement en inox… ), deux pour les enrouleurs. 4 ou 5 (Lewmar et Barbarossa) pour l’equipement de mat et les prises de ris directement sur le pont au pied de mat.

 

 

– Moteur MWM 55cv

Ce moteur est utilisé sur de nombreux cargos comme groupe electrogènet de cargos, en tant que groupe electrogène, et du coup, on trouve des pièces dans le monde entier… Il n’a pas tourné depuis des années, mais la dernière fois c’était sur le chantier et à l’eau douce pour l’hiverner. Donc « à vérifier ».

Arbre en etat avec joint tournant.

 

– Groupe electrogène inboard Faryman 27cv, 4000w 110v

– Réservoir gasoil : 400 L acier galva avec jauge externe

 

Gréement :

– Mat Marco Polo, avec tête de mat repensées, et echelons de mat soudés.

– Haubanage diametre 12mm + ridoirs, changés à neuf par une voilerie en 2008 – jamais navigué en fait.

– Voiles de l’epoque… à controler…

Deux génois… lourd + leger, yankee, trinquette, focs, tourmentin, spi… grand voile à adapter à la nouvelle bôme. (bôme récupérée et très solide)

– 1 bôme à adapter

– Etai largable en avant des enrouleurs.

– Deux enrouleurs (greement slotre)

– Enrouleur Profurl

– Enrouleur Goïot

– 1 tangon spi

– Drisses et ecoutes usagées.

– Nombreuses poulies, palans accastillage divers.

 

Mouillage :

– Guindeau électrique

– Mouillage principal : 1 ancre CQR + 50 m de chaîne de 12 mm + 100 m de bout

– Mouillages secondaires : ancre CQR et Fob + 40 m de chaîne + 40 m de bout

– Aussières + bouts amarrages

 

– Réservoir eau douce : 700 L en 3 réservoirs inox.

– Pompes à pied eau douce / eau de mer

– 1 gazinière inox + four

– 1 WC manuel Lavac

– Régulateur Atoms.

 

Vrac :

Outillage electrique, meuleuses, grande disqueuse, poste à souder, compresseur de garage.

Nombreux plans d’amenagement et de positionnement d’accastillage specifiques à ce bateau.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.