Rêve des Tropiques – 3

3 – Premier chantier :

Après des années de ballade, nous avons choisi de faire une longue escale sur l’île maintenant célèbre de St-Barthelemy. Le voilier était en bon etat, et installés à terre, nous voulons en profiter pour entreprendre un chantier de rénovation.

Les enfants ne sont plus à bord, et il est temps de modifier les amenagements, et de refaire un traitement complet afin d’être tranquilles pour une nouvelle longue periode.

A St-Barth, impossible de sortir notre voilier… Direction l’île voisine St-Martin, où il y a profusion de chantier naval.

Il n’y avait nulle part de corrosion importante, mais plutôt que de faire du rebouchage et des petites reparations multiples, nous avons préféré remplacer des larges surfaces. Economie de travail et meilleur resultat dans le temps.

Ensuite sablage exterieur, pont et œuvres mortes, et l’interieur. Suivi de mil-ultiples couches de protection (epoxy).

1 – Reparation du pont.

La peinture est retirée par meulage et brossage. On voit les reparations qui sont faites en galva. Les plexis du roof vont être changé.

 

Remplacement du plexi de face avant du roof, par des capots pour l’aeration.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nombreuses pièces en inox réalisées sur le pont : toutes les cadènes sont inox (elles traversent le pont et sont soudées boulonnées sur les couples à l’interieur).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Davier inox. Soudé et repris à l’interieur sur la ferrure d’etrave.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le grand cockpit, en sandwich contreplaqué epoxy, sur armature acier. Un des capots de coffre arriere a été supprimé pour correspondre au nouveau plan d’amenagement.

Le guindeau electrique a été reculé, et les grands taquets aussi. La baille à mouillage a été rebouchée, elle est maintenant à l’interieur.

• • • • • • • • • • • • • • • • •

2 – sablage

Nous avons dû construire une tente pour ne pas envoyer du sable sur les bateaux voisins.

 

• • • • • • • • • • • • • • • • •

3 – Interieur :

sablage et traitement

Sous le cockpit, le moteur  (MWM 55cv, sous la bâche bleue) suivi du groupe electrogène inboard (Faryman 27cv+4000w en 110v), et en prolongement le reservoir (450l)

Intérieur sablé et repeint soigneusement au minium de plomb (on en trouvait encore à St-Martin).

La partie centrale est peinte en noire, et me pose problème, il y a des endroits avec de la corrosion… légère, mais après reflexion, je ne veux pas avoir à refaire tout ça dans quelques années, et je decide de remplacer les tôles du fond pour être vraiment tranquille..

• • • • • • • • • • • • • • • • •

4 – Exterieur

J’ai eu l’occasion, au cours des années, de tester pas mal de produits et de systèmes antirouille. Le traitement que j’utilise donne vraiment satisfaction, et beaucoup de possesseurs de voilier acier en ont tenu compte.

Etant donné l’humidité de l’air sous les tropiques, un simple sablage, même suivi rapidement de peinture est inefficace dans le temps.

Après le sablage, il faut laisser les tôle au moins 24 heures, et faire un traitement à l’acide phosphorique (L’Ospho est indiqué, sinon il faut se mefier de produits à base d’acide phosphorique, qui ne sont que des trairements provisoires avant peinture. Ces produits forment une sioret de “croute” noire sur l’acier, et ne conviennent pas !).

Traitement répété 2 fois, avec brossage soigneux après séchage de chaque couche.

Recouvrir ensuite de quatre sous couches epoxy + trois couches de peinture epoxy d’une autre couleur pour controler l’usure. Ce traitement a preservé le bateau.

Premieres couches (4 couches) de “Molupon” un apprêt epoxy.

Trois couches d’un autre apprêt epoxy d’une autre couleur pour surveiller l’usure et la degradation de l’epoxy, car les couches finales prévues en polyuréthane ne seront faites qu’après l’installation des supports d’accastillage (rails de foc, etc…)

La suite

• • • • • • • • • • • • • • • • •

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.